Des femmes fortes et débrouillardes au parcours semé d’embûches

PROFIL

Femmes de tous âges et de toutes origines
On constate leur vieillissement, la moitié a plus de 50 ans. Le quart des résidentes sont immigrantes.

Cumul de contraintes sociales
La pauvreté est un dénominateur commun à toutes.
60 % détiennent, au plus, un diplôme d’études secondaires.
Passée ou actuelle, la violence physique ou psychique est subie par 80 % des femmes.

Impacts de trajectoires de vie difficiles, elles ont des problèmes de :

santé mentale
80%
santé physique
70%
dépendances aux drogues, alcool et médicaments
40%
sont judiciarisées
25%
au jeu
10%
Plus de la moitié des femmes hébergées le sont, pour la première fois, chaque année.

Services

Les travailleuses s’impliquent quotidiennement pour soutenir chacune des femmes dans leur désir de s’en sortir; désir réel qui se confronte à de multiples obstacles et contraintes.

L’intervention individuelle et collective est partie intégrante du travail au sein de la maison. Chaque femme reçoit une attention des intervenantes qui l’accueillent dans la crise ou la détresse qu’elle traverse, la soutiennent dans les démarches qu’elle entreprend, et surtout, la reconnaissent comme experte dans l’identification de ses besoins et de ses objectifs.

En 2016-2017, 236 femmes ont été hébergées. Occupation de 103 %; 5 200 refus faute de place!

Les services d’accompagnement visent à soutenir les démarches des femmes plus vulnérables auprès des services de santé et services sociaux, le revenu, l’appropriation du milieu de vie, l’hébergement à long terme ou le logement, les services en immigration et les services juridiques.

En 2016-2017, 105 résidantes ont profité de 220 accompagnements.

UNE DES CLÉS, LE POST-HÉBERGEMENT

Pour les femmes ayant été hébergées, cet accompagnement permet l’échange, l’information, les références au téléphone ou en visite pour une rencontre, prendre un repas, recevoir un don de nourriture ou participer à des ateliers. L’Auberge Madeleine est une part importante de leur réseau social, un point d’ancrage.

En 2016-2017, 269 ex-résidantes ont utilisé ce service. 3 307 appels et 430 rencontres à l’Auberge Madeleine.

Support intensif : Sortir rapidement de l’itinérance

Un programme spécifique s’adressant aux femmes vivant pour la première fois une situation d’itinérance. Dans le but d’agir en amont de la chronicisation afin qu’elles évitent cette situation difficile à renverser, le support offert est spécifique et souple, voire intensif, si la situation le commande.

En 2016-2017, 48 résidantes ont bénéficié de ce soutien et 209 accompagnements ont été réalisés.

En action

Activités de groupe

Créer des opportunités de développement, de rapprochement

Atelier de recherche de logement
Toutes les semaines, les femmes partagent l’expérience éprouvante de la recherche d’un logement à Montréal, épluchant les petites annonces et apprivoisant la recherche en ligne! Elles estiment leur budget et développent des stratégies d’approche des propriétaires. Tout un contrat que de trouver un lieu à soi… abordable!

En 2016-2017, il y a eu 55 participantes totalisant 117 participations aux ateliers de recherche de logement.

Activités thématiques Deux fois semaine, des rencontres portent sur différents thèmes visant le développement de l’autonomie. Différents médiums sont utilisés pour entamer la conversation.

En 2016-2017, au cours des 75 activités, 110 femmes différentes, 330 participations.

Ateliers de création

Valoriser les modes d’expression aux mille formes

Ateliers de peinture
Des ateliers ouverts à toutes les femmes résidantes ou ex-résidantes. On y développe sa créativité, apprend à reconnaître ses forces et ses talents.

Les contributions du SCFP, AFPC, UNIFOR et SEPB-Québec rendent possible la tenue des ateliers d’art.

Réalisations

Porter la parole publiquement

2012-2014 Risquer le rêve à plusieurs
Fruit d’une création collective réunissant 60 femmes sans-abri ou travailleuses de l’Auberge Madeleine sous la direction de Claude Majeau, artiste enseignante, avec la collaboration d’Audrey Rainville et de Mickael Lafontaine, a permis de faciliter l’appropriation de la nouvelle maison et de documenter les récits des rêves des femmes qui ont vécu ou travaillé à l’Auberge Madeleine et ainsi, rendre leurs aspirations concrètes.

Deux événements publics à l’Éco-Musée du Fier Monde et Dormir dehors de l’ATSA.

2007-2010 ParCELLES
Une émission radio en partenariat avec CHOQ.FM de l’UQAM : Pensées Dehors suivi de ParCELLES dont l’originalité consiste en ce que les émissions sont conçues, animées, réalisées par des résidantes et ex-résidantes.

Le projet Pensées Dehors a reçu un prix de reconnaissance société-justice de l’UQAM. Les émissions sont archivées, sur le site de CHOQ.fm.

Place à nos femmes